Le Kung Fu - Công Phu
Sino-vietnamien

Le Kung Fu 功夫 signifie

"Travail accompli de l’homme",

l’art de bien faire quelque chose, d’apprendre à maitriser,

notamment les arts martiaux, mais aussi un bon gâteau,

une sculpture...

Le mot Kung Fu ne désigne donc pas forcément

un art martial, le terme chinois Wǔshù 武術 (Vũ Thuật)

serait plus approprié et plus exact pour désigner

les arts martiaux sino-vietnamien

(d’influence chinoise et vietnamienne).

Il était une fois au Vietnam

La pratique des arts martiaux vietnamiens remonte à l’antiquité.

Depuis la dynastie des Hùng Vương (2888 à 258 av. J.C.), l’art martial s’est transmis et a traversé les époques jusqu’à nos jours.
Le Vo Thuat (arts martiaux vietnamiens) rassemble les arts martiaux pratiqués ou nés au Viêt Nam.
Ils se composent de diverses pratiques et styles, développés dans le pays au fil du temps.

Métissage et enrichissement de l’art martial
Les arts martiaux vietnamiens sont fortement reliés à l’histoire du Vietnam.
Face aux multiples invasions, il s’engendra naturellement un métissage technique, aux influences variées, majoritairement de la Chine….
Les vietnamiens ont nourri leur pratique de la technique chinoise, en ajustant ces enseignements aux traditions vietnamiennes.
Ainsi l’art martial vietnamien se modifia, évolua de ses échanges et s’enrichit sans pour autant réduire son authenticité et forgea un art complet et efficace.
Par ses occupations incessantes, peu de traces restent de cette histoire, les pratiquants étant souvent réduits à progresser clandestinement, et les rares documents étant détruits ou perdus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Arts martiaux vietnamiens : la multitudes des styles

Il en résulte une multitude d’écoles et styles et, jusqu’à très récemment, échappent à toute structuration.
Nous pouvons dès lors, distinguer trois branches principales :

Le "Võ Cổ Truyền" (Võ Thuat Cổ Truyền) :
Arts martiaux traditionnels vietnamiens rassemblant de nombreuses écoles.
Le "Võ Thuật Hán Việt" :

Les Arts Martiaux Sino-Vietnamiens

Certaines écoles revendiquent plus directement leurs origines chinoises comme le Thiếu Lâm (lié au courant Shaolin) suivant cependant pour beaucoup les traditions vietnamiennes, comme ici, à l’école Thiếu Lâm Thanh Sơn.
Le Việt Võ Đạo (aussi appelé Vovinam Việt Võ Đạo) :
École de création plus récente, visant à structurer et créer une synthèse des techniques martiales vietnamiennes.


Mais dans quelles « cases » ranger tous ces styles ?!

Cette multitude de styles irrite nos esprits rationnels qui exigeraient que tout soit codifié et structuré.
C’est pourtant la preuve de la richesse de l’art vietnamien, qui demeure en mouvement dans sa capacité de création et de développement à partir d’une base traditionnelle.
L’art n’est donc pas l’œuvre d’un seul homme, d’une seule culture, d’un seul pays.
Il doit évoluer sans cesse, s’adapter, se modifier pour traverser le temps et témoigner de l’histoire des peuples.
L’art martial vietnamien est engendré par cet héritage ancestral transmis jusqu’à nous.


Les arts martiaux traditionnels aujourd’hui

Aujourd’hui, les arts martiaux vietnamiens se sont regroupés en fédération, sont enseignés aux forces de l’ordre et sont au programme des universités.
On trouve des écoles d’arts martiaux vietnamiens dans

le monde entier, en France en particulier, où de

nombreux vietnamiens sont venus s’installer en raison

des liens qui unissaient les deux pays.
Un certain nombre de maîtres sont restés fidèles à l’école

où au style que leur propre maître leur avait enseigné,

mais d’autres se sont émancipés pour créer leur propre

style, s’éloignant plus ou moins des racines nationales

et traditionnelles.

Un art martial pour soi

De nos jours, la pratique des arts martiaux, n'a plus le sens guerrier d’autrefois, mais demeure pour beaucoup comme essentielle à la vie quotidienne.
Certains pratiquent pour savoir se défendre dans un monde de plus en plus menaçant.
D’autres pratiquent pour la culture du corps et de l’esprit, la santé, par passion, pour le sport, pour se défouler après le travail, pour la compétition…
Chaque pratiquant y trouve un aboutissement personnel et toutes les visions à part entière doivent être respectées.

 

Reste à chacun de chercher et trouver l'art qui lui convient

selon sa vision des choses et sa morphologie.

kung fu perpignan thanh son